Recherche
Nouvelles – Article

« Bénédiction et malédiction » : le boom technologique alimente la violence en ligne à l’encontre des femmes et des jeunes filles, qui débouche souvent sur des violences physiques

Retour à l'aperçu
2 juillet 2024 Tags: SDSR, TFGBV, violence basée sur le genre facilitée par la technologie, violence en ligne, Violences basées sur le genre

Les femmes et les jeunes filles subissent de manière disproportionnée une violence alimentée par l’utilisation croissante de la technologie. Les abus en ligne débouchent souvent sur des violences physiques, selon un nouveau rapport alarmant de Rutgers et du partenariat Generation G, publié aujourd’hui au Conseil des droits de l’homme à Genève.

 

Generation G digital violence report

Une bénédiction et une malédiction

Rutgers a mené l’étude dans sept pays avec ABAAD, Equimundo et Sonke Gender Justice dans le cadre du partenariat mondial Generation G avec des jeunes leaders et la société civile pour s’attaquer aux causes profondes de l’inégalité entre les hommes et les femmes. Le rapport a été lancé aujourd’hui au Conseil des droits de l’homme à Genève.

« La révolution digitale a été une bénédiction et une malédiction », a déclaré Loes Loning, chercheur à Rutgers. « Elle a transformé les sociétés, remodelant la vie quotidienne, la culture, la politique et l’économie, mais à mesure que les outils digitaux évoluent et que leur accès s’élargit, le risque d’en faire un usage abusif augmente également.

« Il est prouvé que les femmes et les jeunes filles subissent de manière disproportionnée la violence basée sur le genre facilitée par la technologie que celles-ci se transforment souvent en violences physiques, avec des conséquences néfastes sur le bien-être physique, émotionnel et économique des survivants, ainsi que des répercussions sociales et politiques plus larges. »

« Les etudes montrent que les femmes et les jeunes filles subissent de manière disproportionnée la violence basée sur le genre et facilitée par la technologie et que celle-ci se transforme souvent en violences physiques. »
Tweetez ce texte

Les données, qui comprennent une étude théorique et des entretiens avec des personnes en Indonésie, en Jordanie, au Liban, au Maroc, au Rwanda, en Afrique du Sud et en Ouganda, ont révélé des liens étendus entre la violence en ligne et le monde hors ligne, ou un « continuum de la violence en ligne et hors ligne ».

Le rapport souligne que la violence basée sur le genre facilitée par la technologie est plus large que la violence en ligne, mais qu’elle se produit en ligne et dans les espaces numériques par l’intermédiaire de technologies anciennes et nouvelles telles que les téléphones, les dispositifs de suivi GPS, les drones ou les appareils d’enregistrement non connectés à l’internet. Elle est le résultat de diverses causes profondes, l’influence du patriarcat, des idées sociales sur la moralité et des rôles sexospécifiques imposés par la société.. Bien que les survivants soient de manière disproportionnée des femmes et des filles, les garçons et les jeunes hommes, y compris les membres masculins de la famille ou les amis des femmes et des filles qui en ont fait l’expérience, sont également touchés.

«À mesure que les outils digitaux évoluent et que leur accès s'élargit, le risque d'en faire un usage abusif augmente également.»
Loes Loning, chercheur à Rutgers

Un tremplin pour la violence hors ligne

Loin d’être isolés, les abus en ligne servent de tremplin à la violence sexiste hors ligne, notamment au harcèlement sexuel, à la traque et à la violence entre partenaires intimes, ce qui conduit à un schéma dangereux, selon l’étude.

« Il y a eu des menaces via WhatsApp, mais elles se sont poursuivies par des actes physiques tels que le viol – il s’agit d’une combinaison de l’espace hors ligne et de l’espace cybernétique », a déclaré un représentant du gouvernement indonésien, selon l’étude.

En Afrique du Sud, une jeune fille a été victime d’intimidation sur les médias sociaux et en dehors, avant d’être battue et de voir une vidéo d’elle filmée par des camarades d’école publiée. Deux jours plus tard, elle s’est suicidée après que la vidéo ait fait l’objet d’une tendance, selon l’étude.

Au Maroc, un membre de la société civile a décrit comment « parfois les ex-maris/partenaires peuvent utiliser des photos ou des vidéos intimes pour se venger, pour amener les femmes à renoncer à la garde de leurs enfants, à la pension alimentaire, ou pour leur demander de l’argent ou des biens », ajoute le rapport.

« Loin d'exister de manière isolée, les abus en ligne servaient de tremplin à la violence sexiste hors ligne, notamment le harcèlement sexuel, la traque et la violence entre partenaires intimes. »
Tweetez ce texte

Une arme à double tranchant

Dans certains pays, les lois contre la violence sexuelle et sexiste entrent en conflit avec d’autres législations, un phénomène que le rapport qualifie d’une arme à double tranchant ». Elles peuvent être utilisées contre les survivants pour les accuser de crimes dont ils sont en réalité les victimes.

« Les lois qui sont apparemment destinées à protéger les victimes font en réalité le contraire », a déclaré Abishiag Wabwire, coordinatrice de projet à l’Association ougandaise des femmes juristes (FIDA-U).

« L’Ouganda est l’un des rares pays africains à disposer d’une loi contre la violence sexuelle et sexiste. Cependant, les normes patriarcales et la cyberloi qui devraient protéger les victimes sont au contraire évoquées pour les opprimer et maintenir les normes patriarcales. »

 

Groupes à risque

Les principaux groupes à risque sont les défenseurs des droits des femmes et de l’égalité des sexes, les femmes en vue, les enfants, les jeunes et les personnes LGBTQI+, selon le rapport. Les femmes en vue, notamment les politiciennes, les journalistes et les célébrités, courent un risque plus élevé. Les abus en ligne les poussent à se retirer de la vie professionnelle, y compris de la fonction publique, ce qui a des conséquences désastreuses pour les droits des femmes, la démocratie et l’égalité entre les hommes et les femmes.

Le rapport appelle à une collaboration entre les individus, les ONG et la société civile, les entités gouvernementales et les entreprises et plateformes technologiques telles que X, TikTok, Facebook et Meta, afin de lutter contre la violence basée sur le genre et de créer un environnement en ligne sûr, inclusif et équitable.

Front cover Decoding TFGBV report- Generation G 2024

Décoder la violence sexiste facilitée par la technologie : la réalité de sept pays

L’étude met en évidence les efforts déployés pour prévenir et atténuer la violence fondée sur le genre et propose des recommandations sur la manière dont les nations, les organisations et les communautés peuvent agir.

 

 

Téléchargez votre exemplaire ici (en anglais)
Want to stay in the know?

Join our network and stay up to date.

Follow us or get in contact
Nouvelles

Related

Read our latest articles, studies and columns on sexual health and rights.

Toutes les actualités

Uw browser (Internet Explorer 11) is verouderd en wordt niet meer ondersteund. Hierdoor werkt deze website mogelijk niet juist. Installeer Google Chrome of update uw browser voor meer internetveiligheid en een beter weergave.